Immobilier: Le marché de l’immobilier neuf encore en crise en 2014 ?

2014 immobilier neuf crise marché stabilisation Duflot

Début 2013, le marché de l’immobilier neuf s’annonçait plutôt morose. Les logements neufs n’ont pas la côte auprès des acquéreurs et 2014 ne serait guère plus rose. La loi “Duflot”, les promotions, l’attrait du neuf, etc. Les solutions fusent. Alors la fin de la crise pour le neuf, c’est maintenant ?

Souvenez-vous ! Fin 2012, le ministère du Logement faisait un triste état des lieux : les ventes dans l’immobilier neuf chutaient de 17,9% en France. Une dégringolade d’autant plus gargantuesque si l’on prend en compte les mises en chantier (-28% entre novembre 2012 et janvier 2013). Nul besoin d’être expert pour comprendre que l’immobilier neuf n’était pas au mieux de sa forme. Quelques mois plus tard, exit le mot “chute”, on parle de “stabilisation”. Une accalmie pour les logements neufs ou une totale sortie de crise prévue pour 2014 ?

Une stabilisation ? Pas si sûr…

Cet été, LaVieImmo.com aurait pu redonner le sourire aux promoteurs et aux futurs acquéreurs. 75 000 mises en chantier auraient été recensées en milieu d’année 2013, soit près de 5,9% de plus qu’en 2012. Bonne nouvelle nous direz-vous ! Bonne certes, mais de courte durée. Alain Dinin, le P-DG de Nexity, aurait, semble-t-il, étouffé dans l’œuf ce mince espoir : “Ce n’est pas parce que ça ralentit que ça s’améliore !”. Début octobre, le dirigeant aurait donc balayé d’un revers de manche l’idée d’un rebond dans l’immobilier neuf. Malheureusement, il n’est pas le seul. En effet, l’Insee, dans sa dernière enquête trimestrielle de conjoncture dans la promotion immobilière, soutient cette triste nouvelle : “Selon les promoteurs immobiliers, la demande de logements neufs est toujours dégradée”.

La loi “Duflot” nous sauvera-t-elle ?

On aurait pu le croire. Brillante idée sur le papier, la loi “Duflot” aurait dû rebooster les ventes dans le marché immobilier neuf. Or, les promoteurs ne sont pas convaincus et ce dispositif peine à trouver ses marques. La faute à qui ? À quoi ? Le site Internet des Echos s’est posé la question. La loi serait encore mal maîtrisée et aurait trop tardé à se mettre en place. S’ajoutent à cela les quelques sceptiques quant au plafonnement des loyers en fonction des zones géographiques et du choix des locataires devant se faire dans le respect des plafonds de ressources.

Cependant, à défaut de séduire la France entière, le “Duflot” aurait conquis l’Île-de-France. Selon LaVieImmo.com, le directeur général de la division immobilier résidentiel de Nexity, Jean-Philippe Ruggieri, se montrerait confiant. : “Dans le détail, si on compare les réservations en Duflot par rapport aux réservations en Scellier un an plus tôt, on observe une baisse au premier trimestre et une stabilisation au deuxième trimestre”. La majorité de ces réservations auraient été enregistrées en Île-de-France. Une hausse pourrait même être envisageable prochainement. 2014 serait-elle l’année de la loi “Duflot” ?

La crise de l’immobilier neuf se résumerait-elle à un problème de prix ?

Si les tarifs de l’immobilier neuf ne sont pas entièrement responsables de la crise du marché, ils le sont en partie. En effet, les prix du logement neuf sont élevés, rares sont ceux qui pourraient contredire cette information. Dans un contexte de crise financière, où les Français perdent leur pouvoir d’achat et sont contraints de “faire des économies”, pas facile d’investir dans l’immobilier neuf. Selon un rapport de l’Ipsos, 35% des Français souhaiteraient acquérir dans le neuf, contre 37 en janvier 2013. Une baisse qui pourrait s’expliquer par le prix souvent élevé de ce type de bien.

La fin de la crise pour l’immobilier neuf semble encore loin. En 2014, une accalmie pourrait peut-être redonner un peu de souffle aux acquéreurs et aux promoteurs. D’autant plus que certaines structures se mettent maintenant en place pour leur venir en aide. Cheque-immo.com, par exemple, s’est donné pour mission d’augmenter le pouvoir d’achat des Français en leur permettant de bénéficier d’un chèque de réduction dans l’immobilier neuf, gratuitement et sans engagement. Une solution simple et économique qui n’exclut pas non plus les promoteurs, leur apportant ainsi un moyen de vendre mieux et plus vite leurs programmes sans dégrader leur marge et leur image. Un petit pas, certes, mais un pas tout de même !

Source : LaVieImmo.com

Photo: Certains droits réservés par Images_of_Money

Auteur: Marie Cohou

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>